Afin de lutter contre le chômage, Pôle Emploi peut attribuer aux entreprises qui embauchent des demandeurs d’emploi des aides financières. Celles-ci prennent la forme de subvention. Elles concernent soit le coût salarial liée à l’embauche, soit les coûts d’une formation nécessaire préalablement à l’embauche.

Le CIE (Contrat Initiative Emploi) concerne le coût salarial. Mis en place dans le cadre du CUI (Contrat Unique d’Insertion), le CIE doit permettre l’embauche de demandeurs d’emploi ou de personnes connaissant des difficultés sociales et professionnelles. La subvention accordée varie selon chaque région. Son montant et les publics éligibles sont définis dans chaque région, en fonction des difficultés économiques rencontrées sur le territoire.
Les emplois d’avenir concernent certaines entreprises privées. L’accès aux emplois d’avenir dépend de l’activité exercée par l’entreprise. Celle-ci doit faire partie d’un secteur d’activité avec un fort potentiel de création d’emplois ou offrant des perspectives de développement d’activités nouvelles. Les secteurs d’activité éligibles sont définis dans chaque région.

Pôle Emploi peut ensuite participer au financement de formations préalables à l’embauche d’un salarié. Il peut intervenir via deux dispositifs pour prendre en charge une partie des coûts de formation. Pour une formation préalable à une embauche en CDD, c’est l’AFPR (Action de Formation Préalable au Recrutement) qui pourra être mobilisée. Dans le cadre d’une formation préalable à une embauche en CDI, c’est la POE (Préparation Opérationnelle à l’Emploi) qui s’appliquera.

Les entreprises qui veulent assurer la transmission de compétences entre salariés âgés et jeunes salariés, peuvent conclure un contrat de génération. Ce contrat combine l’embauche en CDI d’un jeune de moins de 26 ans et :

  • soit le maintien dans l’emploi d’un salarié âgé d’au moins 57 ans (55 ans pour un salarié handicapé),
  • soit l’embauche en CDI d’un salarié âgé d’au moins 55 ans au moment de son embauche.

Les entreprises de moins de 300 salariés peuvent bénéficier d’une aide financière pour la conclusion d’un contrat de génération.